31 octobre 2008

Picasso et les Maîtres

Picasso avait un père, lui-même professeur d'art. Voilà la première leçon de cette exposition, pour moi qui n'avait jamais relativisé Picasso à sa formation, à sa culture, à ses origines. Il m'apparaissait comme un génie ex cathedra, placé sur un piédestal, nécessaire et suffisant... Le premier mérite de cette visite est d'appréhender l'influence qu'ont pu avoir Le Gréco, Vélasquez, Goya et Zurbaran d'une part, Manet Cézanne, Ingres, Renoir etc  d'autre part. On voit comment Picasso s'inscrit dans une tradition, cherche,... [Lire la suite]
Posté par menthefroissee à 16:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2008

Exposition César, Fondation Cartier

L'exposition du sculpteur César, à la fondation Cartier, s'organise autour de 4 thèmes principaux: les expansions, les compressions, les empreintes humains et les fers. Les empreintes humaines ont débuté lorsque César a été invité à prendre part à un travail collectif sur "La main, de Rodin à Picasso", en 1965. Travaillant à partir d'un moulage de son pouce, il l'agrandit bientôt par un procédé de "pantographie", et travaille avec du plastique, de la résine, du cristal, du bronze... Le résultat est très visuel,... [Lire la suite]
Posté par menthefroissee à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Doute

Le doute est-il un outil ou bien est-il dangereux? Il me semble que le doute est le propre de l’homme. Les animaux ne doutent pas, je crois. Au plus, ils hésitent : leur proie s’est elle enfuie à gauche ou à droite ? Trouveront-ils à manger plutôt dans le fourré ou plus loin sur le chemin ? Le doute me paraît être une aptitude qui se travaille, liée à la capacité de prendre du recul et d’analyser une situation. Il ne s’agit pas de douter de tout sans discernement : je me rappelle une vieille dame qui doutait fort que l’on... [Lire la suite]
Posté par menthefroissee à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2008

Happy Go Lucky

(Mike Leigh, avec Sally Hawkins) Voilà un film difficilement classable... dont l'actrice du rôle principal a reçu le prix de la meilleure actrice, ce qui m'a attirée. Cette oeuvre n'est pas loin d'un conte philosophique, oscillant entre réalisme et idéalisme dans un équilibre parfois précaire qui peut faire grincer des dents. La bonne humeur enjouée de Poppy, son refus de prendre quoi que ce soit au sérieux, ses provocations écervelées par des blagues décalées m'ont rendue la première demi-heure assez inconfortable. Les... [Lire la suite]
Posté par menthefroissee à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]